- La véronique petit chêne -

Ses petites fleurs d'un bleu vif éclairent, durant tout le printemps, la mi-ombre des haies et des bords de chemins...

 

déplacez le pointeur de la souris sur l'image pour plus d'information (avec I.E. uniquement)

Feuilles ovales, dentées et velues...

Petites fleurs bleues ne durant que 2 jours...

2 étamines et 4 pétales striés de bleu foncé...

 

La Véronique Petit-Chêne, Veronica chamaedrys, est une petite plante (10 à 40 cm de hauteur) vivace, rampante appartenant à la famille des Scrofulariacées.

 

En français, elle prend différents noms tels que Fausse Germandrée, Chenette, Chasse-fièvre, Germandrée officinale ou Herbe-Thérèse... Pourquoi ce nom

   d'espèce : chamaedrys ou petit-chêne ? Simple allusion à la ressemblance des feuilles avec celle du chêne...

 

Elle est fréquente dans les prés, les bords de chemins, les haies et les bois clairs, souvent en zones montagneuses. La tige quadrangulaire, rampante à la base, 

   puis dressée porte des feuilles opposées, sessiles (sans pétiole), ovales, dentées et velues.

 

L’inflorescence est une grappe très lâche qui porte des petites fleurs à la corolle bleue à 4 pétales de taille inégale. Les pétales sont striés de bleu plus foncé. Le

   centre de la corolle est blanc.
   La fleur présente 2 étamines. La floraison s’étale de mai à juillet... Le fruit est une capsule poilue en forme de cœur.

 

La fleur de la véronique petit-chêne a une longévité limitée. Lorsqu’elle s’ouvre le matin, elle est bleu vif et remplie de nectar. Le soir du même jour, elle devient

   rose. Au centre de la corolle se trouve une zone blanche d'où partent des raies bleu foncé allant jusqu'aux bords des lobes de la corolle. Ce motif de couleurs

  dessine un plan qui dirige les insectes pollinisateurs vers le nectar et les organes sexuels de la fleur. Le soir du second jour, la corolle se fane...

 

Bien que petites, ses nombreuses fleurs, se renouvelant tout au long du printemps, sont d'un bel effet lumineux dans la verdure ou la mi-ombre ; elles viennent

   équilibrer la palette jaune des renoncules ou pissenlits et le blanc des pâquerettes, stellaires ou silènes...

 

La plante a des propriétés astringentes, cicatrisantes et fait partie des espèces vulnéraires (par voie locale). Elle possède des propriétés toniques amères par voie

   orale mais peu utilisées car hépatotoxiques. En effet, elle contient un glucoside, l'aucubine, toxique pour les insectes et parfois même pour les petits animaux à

   sang chaud...